Menu
Contact
Accueil > Botanique et entretien > Dieffenbachia

Dieffenbachia

Voici une grande classique de nos appartements. C'est à sa robustesse que le dieffenbachia doit sa popularité. Ses grandes et larges feuilles sont épaisses, toujours panachées. Les couleurs varient : blanc, crème, ivoire. C'est une plante en général bien équilibrée autour d'un tronc épais et droit. Elle peut atteindre un mètre de hauteur et devient alors une plante très décorative.

DECOUVERTE ET REDECOUVERTE

Le dieffenbachia pousse à l'état sauvage en Amérique du Sud et plus particulièrement au Brésil. Introduit en Europe au XIX ème siècle, le dieffenbachia, dont on compte une trentaine d'espèces, a été depuis étudié et croisé par les horticulteurs pour obtenir des variétés bien adaptées aux goûts du public. Son nom latin : Dieffenbachia seguina.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Si vous donnez à votre plante un engrais pour plantes vertes trop riche en azote (N), vous verrez ses belles panachures s'estomper petit à petit, les feuilles reprenant leur couleur verte. Ceci est valable pour toutes les plantes à feuillage panaché ou coloré.  

COMMENT LUI PLAIRE

C'est une plante très facile d'entretien et peu exigeante. La lumière Plus la plante sera proche de la lumière naturelle, plus elle conservera sa belle panachure. Evitez toutefois le soleil direct.

La température Cette jolie brésilienne préfère une atmosphère chaude, voire très chaude (20 à 25°C).

L'eau Arrosez régulièrement, surtout l'été, en utilisant de préférence une eau non calcaire et ambiante. Vous pouvez aussi vaporiser le feuillage ou bassiner la plante (par immersion dans une cuvette remplie d'eau) car le dieffenbachia apprécie l'atmosphère humide.

La terre Une terre légère mais riche et plutôt acide à base de terreau, terre de bruyère et sable fera l'affaire. Rempotez à chaque printemps.

Les engrais C'est une plante gourmande. Un apport régulier d'engrais pour plantes de terre de bruyère, tous les 15 jours pendant la belle saison, la contentera.

L'entretien Le dieffenbachia a peu d'ennemis naturels. Probablement savent-ils, par instinct, que la sève de cette plante est toxique. On peut multiplier la plante en séparant les drageons situés de part et d'autre du pied.